Je partage avec mes amis :

  Facebook   Twitter

 

Un traitement de régénération cardiaque enfin dévoilé !



Un-traitement-de-régénération-cardiaque-enfin-dévoilé-blog-redustim

Début 2017, la société CellProthera a annoncé l’injection d’un traitement de régénération cardiaque cellulaire dans le cœur de cinq patients. Cette première mondiale sur l’homme puisque ce traitement pourrait éviter une greffe d’organe à certains patients.

Suite à un essai clinique pilote, réalisé de 2002 à 2007 par le professeur Philippe Hénon, ce récent essai clinique de phase II a été réalisée en Grande Bretagne et en France. L’étude clinique préliminaire a été menée sur sept patients dont l’espérance de vie était estimée à trois ans. Quinze ans plus tard, les patients sont toujours vivants et en forme, ils prennent très peu de médicaments et n’ont jamais été ré-hospitalisés.

Le traitement consiste à injectér des cellules souches sanguines dans la zone lésée. Ces cellules permettront de régénérer et revasculariser la partie nécrosée. Les cellules souches sanguines sont autologues, c’est-à-dire qu’elles proviennent du patient lui-même. CellProthera, en partenariat avec des industriels, a développé un automate et des kits à usage unique visant à sélectionner et multiplier de 50 à 100 millions les cellules souches sanguines CD34. Les cellules sont prélevées par une prise de sang et sont ensuite injectées dans la partie lésée du myocarde au moyen d’un cathéter. L’opération se fait sous anesthésie locale, dure moins d’une heure et relève des soins ambulatoires.  Il n’y a donc aucun risque de rejet puisque c’est une greffe autologue.

Les médecins investigateurs ont sélectionné et recruté 44 patients ayant subi un infarctus sévère et la pose d’un stent n’a pas réussi à améliorer leur fonction cardiaque. Dans le cadre de l’essai clinique, sept centres d’investigation clinique sont opérationnels dont cinq en France et deux au Royaume-Uni. Parmi les 44 participants, un quart d’entre eux recevra un traitement standard. Selon les chercheurs, les patients se portent bien et leur état de santé s’est nettement amélioré.

Le but de ce traitement est de régénérer le cœur lésé du patient. L’injection intracardiaque de cellules souches permet d’éviter la survenue d’une seconde insuffisance cardiaque et écarte la nécessité de réaliser une transplantation cardiaque dans les cas les plus sévères. Cette intervention et ses conséquences sont moins lourdes pour le patient qu’un traitement standard. Ce traitement semble améliorer la survie des malades traitées. A terme, les patients pourraient travailler à nouveau et refaire du sport.

Un autre essai clinique de phase II doit débuter incessamment sous peu à Singapour. Si le dispositif fait ses preuves, il sera élargi d’ici 2019 à d’autres pays, notamment aux États-Unis et au Canada.

La commercialisation de ce procédé est prévue d’ici fin 2020 aux États-Unis et en Europe. Le marché mondial potentiel est estimé à un million de patients. En France, nous comptons 120 000 infarctus de myocarde chaque année. Parmi les patients qui survivent, certains présentent des séquelles importantes telles qu’un risque d’insuffisance cardiaque, un AVC et un muscle cardiaque abîmé. Ce traitement de régénération cardiaque permettrait aux personnes victimes d’un infarctus sévère de ne plus connaître ces profondes séquelles.

Je partage avec mes amis :