Je partage avec mes amis :

  Facebook   Twitter

 

Un test capable de détecter le cancer avant son développement



Un test capable de détecter le cancer avant son développement

Patrizia Paterlinin-Bréchot, une biologiste italienne et professeur de biologie cellulaire et d’oncologie, a mis au point avec son équipe un test capable de détecter les cellules tumorales. La détection de ces dernières se fait même avant que le cancer ne se développe.

À la tête de son laboratoire, elle travaille pendant de nombreuses années sur les cellules tumorales dites circulantes. En se basant sur des études réalisées sur des animaux, il a été démontré que les cellules tumorales circulent dans le sang un certain nombre d’années, qu’elles mutent de multiples fois avant que les métastases apparaissent. En se basant sur ces découvertes, l’idée était de détecter ces cellules cancéreuses circulantes (CCC) avant qu’elles ne prolifèrent et donnent naissance à des métastases. C’est ainsi qu’en 2005, Patrizia Paterlinin-Bréchot obtient un financement pour lancer le test Iset.

Iset fonctionne grâce à une machine qui filtre le sang. Parmi cent millions de globules blancs et cinq milliards de globules rouges, Iset est capable de détecter une cellule tumorale dans dix millilitres de sang seulement. Cette machine a été mise à disposition à d’autres équipes générant jusqu’à lors quarante-trois publications scientifiques. Elle a entre autres été mise à disposition des professeurs Paul Hofman et Charles-Hugo Marquette, du CHU de Nice, qui réalisèrent des tests auprès de 245 patients atteints de bronchopatie pulmonaire pendant six ans. Avant même que le cancer du poumon soit déclaré, les cellules tumorales ont été détecté à temps chez cinq patients et ils ont pu être opérés et guéris grâce au test Iset. Ce test est une avancée majeure quand on sait que 75% des cancers du poumon ne peuvent pas être opérés lorsqu’ils sont détectés parce qu’ils ont déjà produit des métastases et ont atteint un stade trop avancé. Il est à noter que les CCC sont présentes dans tous les types de cancer solides (cancer de la prostate, du sein, du poumon, du foie, du rein, du pancréas, mélanome uvéal et cutané, etc.).

Le test Iset détecte les cellules tumorales mais ne permet pas encore de détecter de quel organe proviennent les cellules cancéreuses. C’est au médecin, selon les prédispositions et les antécédents du patient, de découvrir quel est l’organe concerné. En commençant par la prostate pour un homme et par le sein pour une femme, jusqu’au scanner du corps entier. La tumeur est ainsi dépistée par des examens d’imagerie médicale ciblés.

C’est une avancée majeure dans la recherche contre le cancer puisque jusqu’à aujourd’hui 40% des cancers sont diagnostiqués avec des métastases. Le test Iset permettra la chute de ce ratio et bouleversera considérablement la prise en charge du cancer. Il est également mis à la disposition des patients ayant déjà eu un cancer afin de détecter un risque de récidive.

Simple d’utilisation, ce test est aujourd’hui employé dans une trentaine de centres de recherche dans le monde, sur plus de 2 000 patients atteints de différents types de cancers et sur plus de 600 personnes non atteintes. Aujourd’hui, le test Iset est commercialisé et facturé à hauteur de 486€. Il est basé sur une simple de prise de sang, indolore pour les patients.

Il faut compter un certain nombre d’années avant que ce test soit remboursé par la Sécurité sociale, le temps d’informer les médecins, de former les anatomopathologistes et de jongler avec les réglementations juridiques internationales. Pour les États, le test Iset représente d’énormes économies sur le court terme puisque la prise en charge du patient se fera plus précocement. Par ailleurs, le test Iset présente une évaluation très fiable. Toutefois, les autres tests préventifs habituels sont toujours nécessaires.

Le test Cytopathologie sanguine Iset est uniquement réalisé sur prescription médicale. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce test, consultez le site internet.

Je partage avec mes amis :