Je partage avec mes amis :

  Facebook   Twitter

 

Obésité : Le surpoids augmente le risque d’ostéoporose



C’est un fait ! Aujourd’hui, petits et grands savent que l’obésité entraine de nombreuses maladies, parfois très dangereuses pour la vie de l’être humain, telles que : le diabète de type 2, les accidents cardiovasculaires, les AVC et parfois même des cancers, tels que : le cancer du foie, cancer du pancréas, cancer de la prostate, etc… Mais ce que l’on ignore c’est que l’obésité et le surpoids augmentent le risque de perte osseuse ou plus communément connue sous le nom d’ostéoporose.

En effet, l’obésité et le surpoids sont reconnus comme étant des facteurs de risque de développer certains syndromes métaboliques comme expliqué dans la partie précédente, mais le plus grave et contre toute attente, une étude a démontré que l’obésité serait à l’origine de risques de fragilité osseuse et de fracture.

L’obésité et plus précisément un IMC (Indice de Masse Corporel) supérieur à 25, prédisposerait à un risque de développer de l’ostéoporose. Selon des chercheurs américains de la Harvard Medical School à Boston, toute personne obèse ou en surpoids développerait des cellules graisseuses cachées à l’intérieur des os, qui peuvent se transformer en ostéoblastes entrainant ainsi de l’ostéoporose.

Conséquence de l’ostéoporose, les os deviennent encore plus fragiles et très vulnérables aux fractures.

D’après des scanners effectués sur 106 volontaires en surpoids, hommes et femmes, âgés entre 19 et 45 ans et en bonne santé, il s’est avéré qu’ils possèdent une quantité anormale de cellules graisseuses et plus précisément les cellules adipeuses dans la moelle osseuse, ce qui entraine la formation de l’ostéoporose.

Avant la parution de cette étude, il était connu que les personnes minces étaient plus favorables d’être touchées par l’ostéoporose, mais elle démontre le contraire : « On pensait que l’obésité protègerait de la perte osseuse. Nous avons découvert que ce n’est pas le cas », affirme le Dr Miriam Bredella qui a dirigé l’étude.

ReduStim® est-il fait pour vous ?

 

Je partage avec mes amis :