Je partage avec mes amis :

  Facebook   Twitter

 

L’obésité : facteur de risque du cancer



Avec un tour de taille en constante expansion depuis ces quelques dernières années, l’obésité défraie souvent la chronique en s’affichant en première de couverture des journaux et magazines spécialisés. Une nouvelle étude relayée par l’éminent journal médical « The Lancet » vient enfoncer le clou en mettant en exergue une corrélation probante entre l’Indice de Masse Corporelle et 22 des cancers les plus courants.

Forts de plusieurs années de recherche, les scientifiques avaient déjà établis l’incidence de la surcharge pondérale sur le développement de certains cancers, notamment ceux de l’œsophage, du côlon, du pancréas, de la vésicule biliaire, du sein et du rein. La nouvelle étude du London School of Hygiene and Tropical Medicine vient jeter un pavé dans la marre en liant l’obésité à 17 types spécifiques de cancer, soit un résultat 2 fois supérieur aux prévisions.

Ce constat met la lumière sur les différentes maladies qui peuvent être imputables à un IMC trop élevé. L’on assiste à une véritable prise de conscience des patients qui entraîne, de facto, une sensibilité accrue aux différentes maladies associées comme le diabète, l’apnée de sommeil, un risque exacerbé d’accident vasculaire cérébral, les afflictions métaboliques (notamment les lipides sanguins), les problèmes veineux et dermatologiques ainsi que certaines anomalies hormonales qui peuvent être rédhibitoires au confort de vie des personnes touchées.

Les praticiens et professionnels de la santé se retrouvent ainsi confrontés à de nouveaux enjeux avec des patients aux besoins plus spécifiques. Ils jettent de plus en plus leur dévolu sur des méthodes non-invasives alternatives à la chirurgie comme le Redustim ® et ses différentes déclinaisons destinées aux personnes à mobilité réduite, à celles plus exposées aux maladies cardiovasculaires, à celles souffrant de masse grasse viscérale

De nouveaux défis se profilent à l’horizon, exigeant la prise en compte des singularités de chaque malade. L’obésité n’étant souvent que la pointe visible d’un iceberg plus imposant.

Je partage avec mes amis :