Je partage avec mes amis :

  Facebook   Twitter

 

Lutte contre l’obésité : le gène ETS-5 sera-t-il la solution ?



Lutte-contre-lobésité-le-gène-ETS-5-sera-t-il-la-solution-redustimt-blog

La revue médicale New England Journal of Medicine a fait un constat très alarmant sur le nombre de personnes en surpoids et obèses à l’échelle mondiale. La situation est critique, d’autant que l’obésité a de lourdes conséquences sur la santé (maladies cardiovasculaires, cancers, troubles musculosquelettiques, etc.). Et si une solution radicale pour lutter contre le surpoids et l’obésité se trouvait dans un ver ? Le Caenorhabditis elegans, un ver transparent et rond d’environ un millimètre renfermerait peut-être la clé d’un futur traitement contre l’obésité.

Des chercheurs danois et australiens ont découvert chez ce ver un gène, baptisé ETS-5, contrôlant les signaux du cerveau aux intestins et responsable de la sensation de satiété. Leurs travaux ont été publiés début 2017 dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS). Cette découverte est majeure puisqu’un gène similaire existe chez les êtres humains.

Le cerveau du Caenorhabditis elegans est connu pour sa simplicité puisqu’il ne compte que 302 neurones et 8 000 synapses, contre 100 000 milliards de neurones et 160 000 kilomètres de connexions cérébrales dans le cerveau humain. Néanmoins, ce ver est un bon modèle de recherche pour mieux comprendre le métabolisme et les maladies puisqu’il partage environ quatre-vingt pourcent de gènes avec les humains.

Lorsque le ver a ingurgité une certaine quantité de graisses, son cerveau reçoit un message qui l’encourage à entrer en mouvement ou le pousse à se reposer parce qu’il est rassasié. Les chercheurs ont donc réalisé que le gène ETS-5 était capable de contrôler la réponse des neurones face à l’apport de nourriture. Les chercheurs, en trouvant le moyen d’interférer ces échanges d’informations entre l’intestin et le cerveau, pourraient trouver un moyen de remettre les personnes en surpoids ou obèse au sport ; ce qui serait une avance majeure quand nous savons que le sport leur permet de se protéger des attaques cardiaques. Ils considèrent qu’il est techniquement possible de mettre au point des traitements capables de modifier l’interprétation des signaux entre le cerveau et le système digestif.

Par ailleurs, les chercheurs montrent qu’un régime alimentaire pauvre en nutriments ne provoquait pas les mêmes réponses que celles déclenchées par un régime plus riche. En modifiant le fonctionnement du gène ETS-5, il serait possible de susciter artificiellement une sensation de satiété avec un régime pauvre en calories.

Une fois exploitée cliniquement, le gène ETS-5 pourra apporter aux personnes en surpoids et obèses une réponse efficace et satisfaisante. Des traitements capables de réduire l’appétit et de déclencher le désir de faire du sport verront surement le jour grâce à ETS-5. Une sorte de molécule pour contrôler et lutter contre le surpoids. En pratique, nous sommes encore loin d’une telle molécule, mais il s’agit malgré tout d’une avancée prometteuse puisque c’est la première découverte d’un gène régulateur du métabolisme.

Si vous souhaitez approfondir ce sujet, l’étude complète se trouve ici.

Je partage avec mes amis :